Le travail avec les chiots pour qu’ils puissent devenir des adultes sociables et équilibrés - Partie 1

Les comportements du chien dépendent en moyenne à 20% de son hérédité et à 80% des apprentissages : c’est dire l’importance de l’expérience par rapport à la génétique.
Les trois premiers mois de la vie d’un chiot sont déterminants et fondamentales pour son équilibre. La façon dont l’éleveur s’occupe d’une portée de chiots est fondamentale, mais ce travail doit aussi se poursuivre chez les nouveaux maîtres de chien.

I Chez l’éleveur

Produire des chiots équilibrés nécessite un réel travail, notamment pendant la période dite de socialisation et d’imprégnation.
Au cours de cette période, si les chiots ne sont pas suffisamment sollicités, ils développeront un « syndrome de privation sensorielle». Ce syndrome se caractérise principalement par des manifestations de peur face à tout nouveau stimulus, avec une incapacité plus ou moins importante à s’y adapter. Plus un chiot quitte un élevage tard, plus il sera perturbé.
Un chiot craintif deviendra un adulte dangereux, difficilement prévisible et maîtrisable pour un néophyte. Difficilement maîtrisable car paniqué à la moindre nouveauté, dangereux parce que un chien peureux a tendance à agresser, et ce, sans inhibition de la morsure : il ne contrôle plus la pression qu’il exerce avec sa mâchoire.

A Le choix des lices

Il est important de choisir une lice équilibrée. Les chiots, d’un point de vue du comportement, ne naissent pas chien, il apprennent à le devenir. Ils le deviendront en partie grâce à l’imitation des comportements maternels. La façon dont ils auront appris à réagir sera leur comportement de référence. Il est donc important d’écarter les lices trop peureuses ou trop agressives. Par exemple si une lice est peureuse et fuit devant la nouveauté, lorsque l’éleveur stimulera ses chiots il sera normal pour ces derniers de réagir comme elle, en fuyant. Si une lice est particulièrement belle mais peureuse il faudra la retirer de ses chiots à chaque fois que des situations pourront lui faire peur. Il est vivement conseillé de la remplacer, pendant les sollicitations, par un adulte équilibré dont les chiots imiteront les réactions.
Les lices qui ont tendance à agresser leurs chiots sont à écarter de la reproduction.

B La période prénatale.

Quelques semaines avant la mise-bas, il est important que la lice vive dans un cadre rassurant pour elle. Les situations de stress provoquent des modifications hormonales chez la chienne. Fogle * a montré que ces modifications semblent avoir des effets sur les réponses physiologiques des chiots, sur leurs réactions face à la nouveauté et sur leurs capacités d’apprentissage.
Deux à trois semaines avant la mise bas il faut caresser régulièrement le ventre de la lice à l’endroit ou sont nichés les chiots. Les chiots caressés dans le ventre de la mère seront plus tolérants aux manipulations. Pour des raisons sanitaires 10 jours avant la naissance des chiots la lice devra rester de plus en plus longtemps sur le lieu de mise bas. Elle doit s’habituer à l’environnement bactériologique.

* «The dog’s mind » édition Pelham books

C De la naissance à l’âge de trois semaines.

Durant les trois premières semaines de la vie des chiots, deux périodes vont se succéder : la période néonatale et la période de transition.
A la naissance les chiots sont sourds et aveugles. Ils ne sont guidés que par deux réflexes : le reflexe labial et le reflexe de fouissement, c’est la période néonatale ou végétative. Dès la deuxième semaine on assiste à la période de transition caractérisée par le développement des sens.

Dès la naissance il faut manipuler quotidiennement les chiots pour les habituer aux contacts humains car ils diffèrent de ceux de la mère. Les chiots naissent dans un endroit ou la température doit être assez élevée. Des variations de températures sont souhaitables car elles accélèrent la maturation du système nerveux qui est inachevé à la naissance.
Avant même que les chiots ouvrent les yeux, mettre dans leur caisse des objets de formes et de consistances diverses, participe à leur évolution en stimulant le touché.