Le travail avec les chiots pour qu’ils puissent devenir des adultes sociables et équilibrés - Partie 2

D De trois semaines à trois mois: la période de socialisation et d’imprégnation

L’équilibre des futurs adultes se joue principalement, voir exclusivement, pendant cette phase de développement. Cette période servira de cadre de référence durant toute la vie des chiens, elle conditionnera leurs futures réactions.
La période d’imprégnation est une période d’apprentissage clé ou le chien doit apprendre à communiquer avec son espèce, à découvrir d’autres espèces (dont la nôtre), à s’adapter et à réagir face à la nouveauté.
Il y a trois apprentissages distincts durant cette période : l’imprégnation sensitive, la socialisation intra spécifique et la socialisation inter spécifique.

1 L’imprégnation sensitive

L’ouïe est sans doute le sens le plus important à développer. Sans faire une liste exhaustive des bruits auxquels les chiots doivent être habitués, l’éleveur doit travailler avec ses chiots comme s’ils allaient tous vivre dans un centre ville. Outre les portes qui claquent, les bruits de casseroles qui tombent, d’aspirateur, de sèche-cheveux, les musiques de tous les genres et à des niveaux sonores élevés, les bruits de la ville sont très importants. Il existe des enregistrements de bruitages pour cela. Pour que les chiots ne soient pas terrorisés par les feux d’artifices, le tonnerre et les pétards il est très important de les habituer aux détonations. Les pétards de tailles différentes permettent de varier l’intensité des détonations.
Bien que la vue serve quasi exclusivement à repérer le mouvement chez le chien, il ne faut pas négliger les répercutions d’une non stimulation de ce sens. Un adulte pourra être terrorisé à la vue d’une poubelle qui n’est pas à sa place sur le trottoir ou d’un parapluie qui s’ouvre devant lui. Il est très bon que les chiots soient confrontés à différentes scènes. Ils peuvent être enfermés le temps que l’éleveur change complètement leur cadre habituel. L’éleveur pourra ainsi placer sur leur lieu de vie des poubelles, un vélo, une poussette… Il est très bon de répéter ces scènes en variant complètement les placements des objets.

Pour le toucher il faut habituer les chiots à des surfaces de différents types. Par exemple : des grilles et à des plaques métalliques sur lesquelles ils pourront être amenés à marcher.

L’odorat est un sens très développé chez le chien. Les « phobies » des odeurs chez le chien sont assez rare et sont en général associées à un événement particulier. Toutefois il peut être bon d’habituer les chiots aux odeurs assez fortes d’une maison : parfums, produits d’entretient…

2 La socialisation intra spécifique.

Les chiots, d’un point de vue du comportement, ne naissent pas chien mais apprennent à le devenir chien. La communication entre chien n’est pas innée mais acquise. Elle est acquise très rapidement puisque à l’âge de 6 semaines les chiots auront acquis 80 % des patterns comportementaux de leur espèce.
Durant cette période les chiots apprennent la hiérarchie. C’est environ à partir d’un mois que les chiots commencent à apprendre qu’adopter une posture de soumission (se coucher, se mettre sur le dos ou fuir) arrête l’agression de leur mère ou d’un membre de leur fratrie. L’apparition des dents de lait rend la tétée douloureuse et amène la mère à repousser ses chiots. On verra donc la mère soumettre les chiots plus fréquemment et de façon plus virulente. Elle peut aussi commencer à défendre sa gamelle et différents objets. Il est primordial que les chiots restent en permanence avec leur mère. Il ne faut surtout pas retirer la lice à ses chiots pour la soulager ou par crainte des morsures. Les limites qu’elles imposent à ses chiots font partie de l’apprentissage de la soumission mais aussi des débuts du détachement.
Les chiots vont également apprendre la morsure inhibée. La morsure inhibée c’est le contrôle de la pression qu’un chien exerce avec sa mâchoire. C’est un apprentissage capital. Les chiots vont apprendre à moduler la pression qu’ils exercent avec leur mâchoire par les réactions, de leur mère et frères et sœurs, à leurs mordillements. Lorsqu’un chiot mord trop fort un membre de sa fratrie il va se faire agresser en retour ou être sanctionner par la mère.
Les chiots vont également apprendre ce que signifient les différentes postures corporelles et mimiques faciales pour les associer à un message.
A partir de 6 semaines, il est conseillé de mettre les chiots au contact d’autres chiens adultes. Les chiens ayant des tempéraments, des réactions et des seuils de tolérance différents il est bon que les chiots se familiarisent avec des adultes qui réagissent différemment.

3 La socialisation inter spécifique

Les chiots doivent être mis au contact de personnes d’âges et de corpulences différents et si possible, d‘enfants en bas âges. Si les chiots ne voient que l’éleveur, ils ne seront pas socialisés à l’espèce humaine mais à une personne en particulier. Ils pourront craindre les personnes qui s’éloignent de la corpulence, des attitudes et des intonations de voix de l‘éleveur.
Il important que les chiots côtoient de jeunes enfants le plus tôt possible. Un enfant ne bouge pas, ne parle pas comme un adulte. Un enfant n’a pas les gestes synchronisés et si le chien n’est pas habitué à cela, les gestes saccadés et les cris pourront l’effrayer.

Même si un chiot peut se familiariser à n’importe quel âge à n’importe quelles espèces, celles qu’il aura côtoyer durant la période d’imprégnation seront considérées comme « amies ». Mais il n’est pas toujours évident pour l’éleveur d’avoir d’autres animaux à sa disposition.

Une fois ce travail réalisé, il important que les nouveaux maîtres poursuivent une partie du travail accompli par l’éleveur.