Le chien et la hiérarchie

Un certain nombre de courants affirment aujourd’hui que la hiérarchie, et les rapports de domination qui en découlent, sont des notions dépassées, que le chien d’aujourd’hui ne fonctionnerait plus comme son ancêtre. Mais qu’en pensent les deux plus grands spécialistes en matière de comportement canin?

« Le chien est un être social, pour vous en sortir il faut établir ce rapport hiérarchique en permanence, dans l’alimentation, le couchage et les contacts. C’est la seule façon de structurer et d’apaiser l’animal.» Monique Bourdin, docteur vétérinaire, diplômée de l’Institut Pasteur de Paris, responsable de l’enseignement et des consultations en troubles du comportement à l’École Vétérinaire de Maisons-Alfort.
« La notion de hiérarchie participe au bien-être et à l’équilibre du chien. C’est au maître de prendre la responsabilité de la dominance et ce n’est qu’à cette condition qu’il rendra son animal heureux. Un animal qui n’a pas à diriger la meute se sentira en sécurité puisque ses besoins seront pris en charge. Etre dominé ne signifie pas être humilié, mais plutôt protégé par le groupe, se sentir en sécurité. » Patrick Pageat,docteur vétérinaire et docteur en science naturelle spécialiste en médecine vétérinaire comportementale des animaux de compagnies français . Fondateur et directeur scientifique de l’IRSEA et de l’Institut de Recherche en Semiochimie et Ethologie Appliquée. Il a créé l’enseignement clinique « médecine comportementale et consultation » à l’école vétérinaire d’Alfort.